Terminale: projets d'élèves

Hybride

 

 Alexandra chamand 2

 Alexandra Chamand

 

 

 

 

 

 

 

Hybride Andréa Favre: photomontage

Img 0801

                                  Hallpapillons0           Clara Binet      

                                  Exposition sur les papillons, couloir avec vitrines remplies de spécimens existants ou non, véritables ou en papier (lien avec Fauna de Joan Fontcuberta), et à la fin, une grande salle plongée dans le noir dans laquelle entre le spectateur / bruits de bruissements d’ailes de papillons / Brefs apparitions de couleurs (passage rapide de papillons dans la lumière) / Puis apparition de la lumière avec un lâcher de papillons depuis une trappe au sol.

Œuvres en rapport avec mon projet :

- Paper Butterflies d’Eiji Watanabe, à la galerie Taki Kenji, même principe que Rebecca Coles sauf qu’il les a collés sur des murs.

- Un carré de plantes et de fleurs attirant les papillons à la Documenta de Kessel, Allemagne, par Kristina Buch

 

 Hybride Andréa Favre: photomontage

Img 0800   

L' oeuvre et le lieu

Lien de la vidéo

Photomontage l oeuvre et le lieux       Photo 5

 Alice Dupanloup  

 

Dimensions de l’original : format A4 pour le photomontage

Medium : dessin, photomontage et vidéo

Lien de la vidéo

Description :

Un simple rappel au devoir de mémoire. Le 11 septembre 2001 fut un jour tragique où de nombreuses personnes innocentes sont décédées. Elles sont représentées dans ma production à travers le dessin des cartes d’identités inséré à l’emplacement des deux tours jumelles.

Explication de la vidéo : La vidéo montre ici la représentation que je pourrais faire de ma production.

Cette présentation se produit en cycles de 3 temps de (5 à 10 secondes).

Dans un premier temps on entrerait dans la pièce (plutôt étroite) avec un éclairage simple. De nombreux journaux relatant les faits de l’attentat rempliraient les murs de la pièce tout autour d’une projection (en temps réel du château de cartes). La lourdeur des journaux qui sont très présents étouffent et produisent une atmosphère très lourde. On entend également durant cette phase le son d’un avion.

Puis, d’un coup très rapide, le spectateur se trouve ébloui par de fortes lumières  blanches. L’ajout avec un ultrason assourdissant plonge le spectateur d’abord dans la surprise puis dans la gêne, dans un malaise.

Enfin, toutes les lumières et sonorités s’éteignent. Le spectateur est alors dans le choc visuel (du très clair au très sombre) les deux murs adjacents sont  gravés par tous les noms des personnes parties ce 11 septembre. Et derrière ces murs se trouvent de petites bougies allumées qui au fur et à mesure de la journée s’éteignent comme les vies se sont éteintes.

Le cycle est fini puis recommence.

"Révélé par la lumière"

 https://www.youtube.com/watch?v=pa9Lq0ClL4E

Medium : photographie et vidéo

Lien  de la vidéo

Description :

Ma production « révélé par la lumière » s’est faite en plusieurs temps. Tout d’abord, j’ai fait les 3 photographies. Cette dernière n’est que dans un premier temps construit de lumière. De plus en faisant traverser la lumière du jour dans l’ampoule, j’ai observé comme s’il se formait des reflets d’un cours d’eau. On pourrait dire que j’ai essayé de maitriser le hasard.

La vidéo correspond à la présentation de cette production telle que je la vois : une source lumineuse (en arrière par rapport au spectateur) ciblée vers les trois photos (plus grandes que les originales), un bras tenant l’ampoule venant du haut mais on ne sait pas d’où exactement. Ce dernier oscille entre la source lumineuse et les photographies, pendant que celles-ci sont plus ou moins éclairées.

En lien avec : « Line describing a cone » d’Anthony McCall



Lien  de la vidéo

Photo 1 3   Photo 3 3

Alice Dupanloup

"D'un objet banal faites-en une oeuvre"

Dimension de l’original : format demi-raisin (32,5x50 cm)

Medium : dessin et peinture

Description : 

J’ai choisi 3 objets du quotidien : les post-It, le parapluie et les conteneurs.

Ces trois objets sont surdimensionnés à la manière d’une œuvre in situ (comme « La bicyclette ensevelie » de Claes Oldenburg) et suscitent la participation du spectateur puisque ce dernier et très proche de la fontaine.  De plus, seul ce qui est en rapport à l’eau est bleu et possède des courbes. On observe également un lien entre les trois objets établi par un cycle, de l’eau. La fragilité de l’objet banal et notamment celle du parapluie devient ici un réel point d’appui ce qui renforce le fait que certains objets sont nécessaires et ne pourront être remplacés par les nouvelles technologies. 

En lien avec : « Night in Pisa » de Magritte

 

Street Art

  Colyne Tissot

    Img 3225

×